Publié le 26/01/2012, par Hexaconso

•Achtung !

Pointées du doigt dans la rubrique "Faux Amis", les entreprises qui tentent de tromper les consommateurs ne sont pas forcément des entreprises françaises. Un exemple nous a ainsi été signalé par un fabricant français de chaussures, présent sur Hexaconso, les Chaussures Samson.

Alors que cette entreprise connaît des difficultés, elle est tombée en arrêt devant le stand de la marque de chaussures allemande Tamaris au salon parisien Mess Around. Et là, grosse colère !

Tamaris appartient au groupe allemand Wortmann KG, qui possède également les marques Caprice, s.Olivier, Marco Tozzi, Jana et la technologie Antishokk. Pour le groupe, la marque Tamaris représente (je cite) : "une marque de chaussures de qualité à bas prix pour les femmes toujours en quête de nouveautés qui recherchent un label branché dont les chaussures soient adaptés à leur mode de vie". En décrypté, Tamaris est une marque de chaussures low-cost fabriquées en Asie, mais vendues quand même assez cher pour donner l'illusion aux clientes (plutôt fashion addict) qu'elles achètent un produit tendance et à "caractère émotionnel" (c'est eux qui le disent) ! Quelques prix relevés sur leur site internet : 50 euros pour des escarpins "de base", 120 euros pour des bottes, 100 euros pour des chaussures lacées... Donc pas donné quand même.

Tamaris est très connue en Alemagne, puisqu'il semblerait (c'est la marque qui le dit !) qu'une allemande sur deux en possède au moins une paire dans ses placards. En revanche, Tamaris l'est beaucoup moins en France. Elle a donc prévu de faire une offensive commerciale sur notre marché à l'automne 2012 (voir photos ci-dessous). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la volonté de tromper la consommatrice française est manifeste. Les affiches qui devraient orner les arrêts de bus et les pages de publicité des magazines féminins utilisent en effet le bleu-blanc-rouge et le mot France d'une façon un peu trop tendancieuse !

Alertée, la Fédération française de la chaussure envisage de saisir la DGCCRF. Espérons que cet organisme aura la possibilité (et la volonté) de mettre un coup d'arrêt à cette publicité totalement mensongère !



ViadeoShare
(0)

Afin d'éviter les spams veuillez effectuer l'addition suivante : 3 + 6




Votre commentaire n'apparaîtra qu'après validation du webmaster.

Réalisation : Agence Multimedia Otidea